top of page

Legault ouvert à l’implantation d’une loi pour mieux contrôler la haine virtuelle


violence et haine réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter

Par Le Droit en Bref | 6 septembre 2022 -


Le premier ministre du Québec, François Legault songe à légiférer pour mieux encadrer les réseaux sociaux qui génèrent, selon lui, des dérapages incompréhensibles comme celui dont le député sortant Sylvain Lévesque ainsi que plusieurs autres candidats ont été victimes dernièrement.


«C’est un problème qui n’est pas unique au Québec…Je trouve ça malheureux. C'est rendu presque difficile de faire de la politique», a commenté M. Legault.

Après le vandalisme du bureau de comté du libéral Enrico Ciccone et les menaces répétées par un individu envers sa collègue Marwah Rizqy, une reproduction de l’affiche électorale de M. Lévesque dégoulinante de sang s’est mise à circuler sur Twitter.


«Quand on lit ce qui s’écrit sur les médias sociaux, il faut avoir toute une carapace… Des menaces de morts, des pancartes avec du sang, écoutez... Moi je lance encore un appel à tout le monde, à tous les Québécois, à tous les citoyens : S’il vous plait, soyez prudent, évitez la violence…On a besoin au Québec, surtout dans une campagne électorale, de faire des débats sur le fond. Pas de s’attaquer puis pas de se voir comme des ennemis. On est des adversaires sur les idées.» a insisté M. Legault.

«J’ai demandé à la SQ d’être disponible pour tous les candidats ou candidates qui se sentent menacés. Je pense que c’est important», a déclaré M. Legault.

Que ce soit sur les réseaux sociaux comme sur le terrain, les menaces, «malheureusement, on voit que ça arrive de plus souvent», a déploré le premier ministre sortant.


«Je pense qu’on a tous une responsabilité de ne pas attiser la colère», a ajouté M. Legault, en tentant d’éviter de cibler plus directement ses adversaires.

Le Fédéral travail déjà sur un projet de loi

Le ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, croit lui aussi qu’il faut une loi pour réglementer les réseaux sociaux. En juin dernier, un groupe de spécialistes sur la sécurité en ligne lui a remis un rapport devant le guider dans la rédaction d’un projet de loi.


«Il y a une montée de la violence un peu partout envers les politiciens. Ce qui circule sur les réseaux sociaux a souvent un impact. Souvent, les gens qui veulent causer du tort ou agir de façon violente apprennent comment le faire ou s’inspirent d’autres en ligne. Oui, tout ça est inquiétant.» Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien.

La haine sur les médias sociaux est un phénomène que ce dernier désire enrayer en déposant son très attendu projet de loi sur la haine en ligne.


Comments


bottom of page