top of page

De Heenan Blaikie à Miller Thomson, dix ans plus tard


Miller Tompson
De gauche à droite - Debout: Bruno Caron, Louis-Michel Tremblay, Andrew Cohen, Dean Chenoy, Claudia Desjardins Bélisle, Stephan H. Trihey, Shane Goldman et Philippe St-Louis. Assis: Alexandre Hébert, Louis-Philippe Borduas, Fadi Amine et Gary Rosen - Crédit photo Miller Thomson

Philipp Park, Troy McEachren, Lawrence Witt Jen Deruchie
De gauche à droite - Philipp Park, Troy McEachren, Lawrence Witt et Jen Deruchie (absent sur la photo) - Crédit photo Miller Thomson

Il y a dix ans, jour pour jour, le monde juridique était secoué par la dissolution du cabinet d’avocats Heenan Blaikie. Cette institution renommée, bien ancrée à Montréal, était reconnue pour son vivier de talents exceptionnels qui œuvraient pour des entreprises aux enjeux majeurs. Après la fermeture de ses bureaux, beaucoup de ces talents ont choisi Miller Thomson comme leur nouveau foyer professionnel.


Cette transition marquante a permis à Miller Thomson de bénéficier d’un important héritage de savoir-faire juridique, tout en ouvrant la voie à une nouvelle ère de croissance et d’innovation pour le cabinet. Une décennie plus tard, il est opportun de revenir sur le parcours remarquable des avocats qui ont choisi de poursuivre leur carrière chez Miller Thomson et qui ont contribué à la diversification des compétences et à l’élargissement de l’offre de services du cabinet.


«L’esprit entrepreneurial, la stabilité et la culture de collaboration pancanadienne de Miller Thomson ainsi que la possibilité d’encadrer la relève ont été des facteurs décisifs dans ma décision», souligne Stephan H. Trihey actuellement associé au bureau de Montréal.

Ce dernier se distingue par ses talents de plaideur et sa contribution dans plusieurs dossiers d’envergure dans les domaines du droit commercial, de la construction et des successions. Il représente notamment l’un des principaux liquidateurs et fiduciaires de la succession de feu Dickie Moore, membre du Temple de la renommée du hockey et entrepreneur accompli, dans le cadre d’un litige important en matière de succession et de redressement d’abus et d’iniquité.


De son côté, Louis-Philippe Borduas a su faire évoluer sa carrière en devenant associé en 2019 et en prenant en charge d’importants mandats, comme celui de conseiller juridique d’Unimax Ltée dans le cadre d’un placement stratégique. «J’étais un jeune sociétaire et j’avais plusieurs options devant moi, mais j’ai choisi Miller Thomson pour son esprit entrepreneurial et commercial», indique Me Borduas. «Le cabinet a tenu ses promesses en soutenant mes initiatives de développement professionnel, m’aidant ainsi à développer ma clientèle et à obtenir des mandats d’envergure. La culture pragmatique et orientée vers les solutions du cabinet me permet d’ajouter une réelle valeur aux dossiers de mes clients.»


À l’instar de Me Borduas et de Me Trihey, les autres avocats qui se sont ralliés à Miller Thomson ont pu renforcer leurs compétences et se développer professionnellement. Par exemple, Philippe St-Louis, spécialisé en droit du divertissement à l’époque, a depuis acquis une expertise complémentaire en fusions et acquisitions, principalement dans les secteurs de la technologie et des médias. Philipp Park, avocat spécialisé en droit commercial et en droit des sociétés, a quant à lui été promu au poste d’associé directeur du bureau de Montréal en 2019, puis d’associé directeur régional de la région du Québec en 2022. Andrew Cohen a enrichi son expertise en fusions et acquisitions, tandis que Dean Chenoy est devenu co-chef de l’équipe nationale de droit du divertissement et des médias. 


«Je me souviens encore du moment très précis où j’ai été informé que ces avocats acceptaient de se joindre à nous», se rappelle Louis-Michel Tremblay, associé directeur du bureau de Montréal de Miller Thomson en 2014. «C’était une excellente nouvelle! Tout le monde était enthousiaste. Leur expertise, leur leadership, leurs connaissances et leur esprit entrepreneurial représentaient des atouts précieux pour nos différentes équipes et nos clients. Leur intégration chez Miller Thomson a rapidement contribué à l’instauration d’une nouvelle dynamique, tant à l’échelle locale que nationale. D’ailleurs, je souhaite profiter de cette occasion pour les féliciter pour leur parcours professionnel au sein du cabinet.»


En plus de ces grandes figures, un autre expert, Bruno Caron, devenu coprésident du groupe responsabilité sociale des entreprises et marché du carbone en 2023, avait également rejoint Miller Thomson un peu avant la vague de talents dont le cabinet a hérité. En 2014, Alexandre Hébert s’est également joint à l’équipe de droit des affaires de Miller Thomson. Il est devenu le responsable du groupe de droit des affaires du bureau de Montréal en 2016. 


Au fils des mois et des années, d’autres talents auparavant chez Heenan Blaikie ont rejoint les rangs de Miller Thomson, notamment Troy McEachren (successions et fiducies), Gary Rosen (droit du travail et de l’emploi) et Lawrence Witt (droit du travail et de l’emploi et droits de la personne), Jen Deruchie (parajuriste) et plus récemment Shane Goldman (droit des affaires).


Dix ans plus tard, le mentorat et le partage des connaissances demeurent des piliers de la culture d’entreprise de Miller Thomson, comme le souligne Claudia Desjardins Bélisle, associée et responsable du groupe Litige au bureau de Montréal. «Je crois que la culture de notre cabinet favorise un environnement de travail inclusif et stimulant, où chacun peut s’épanouir et contribuer pleinement à la réussite collective.» 


Comptant désormais 80 avocats, le bureau de Montréal de Miller Thomson est en plein essor. «À la suite du lancement de notre marque employeur et du dévoilement de notre nouvelle image de marque, le cabinet est résolument tourné vers l’avenir», affirme Fadi Amine, associé directeur du bureau de Montréal. «Nous plaçons nos clients et nos collègues au centre de nos préoccupations et cherchons constamment à leur offrir des solutions juridiques innovantes et adaptées à leurs besoins particuliers. Le parcours de mes collègues témoigne non seulement de leur talent individuel, mais aussi de leur capacité à grandir et à s’épanouir ensemble, dans un esprit de collaboration.»

Comments


bottom of page