top of page

La Loi 21 préoccuperait les étudiants en droit


étudiants en droit
Crédit photo MARIO BEAUREGARD

Par Agence QMI | 21 mars 2022 -


Un grand nombre d’étudiants en droit projettent de faire leur vie hors du Québec en raison de la Loi sur la laïcité de l’État québécois.


Près de trois ans après l’adoption de la Loi 21, 54 % des futurs, actuels ou anciens étudiants en droit qui portent un signe religieux réfléchissent à l’idée de quitter le Québec, indique un rapport de recherche signé par les professeures Elizabeth Elbourne de l'Université McGill et Kimberley Manning de l'Université Concordia.


Les deux chercheuses ont mesuré l’incidence de la loi sur les projets de vie d’étudiants et de diplômés en droit grâce à 629 questionnaires distribués sur les campus des collèges et des universités entre le 13 octobre 2020 et le 9 novembre 2021.


Bien que l'échantillonnage ne soit pas représentatif de l’ensemble des étudiants en droit du Québec, l'idée de s'établir ailleurs que dans la belle province trotterait dans la tête de plusieurs. En effet, 70 % des étudiants interrogés (échantillons d'étudiants en droit et enseignement) ont déclaré avoir une perception plus négative du Québec depuis l’adoption de la loi en 2019 - même ceux qui ne portent pas de symboles religieux.


La loi 21 interdit à certains fonctionnaires, dont les policiers, les procureurs, les gardiens de prison et les enseignants de porter un signe religieux dans l’exercice de leurs fonctions. Les avocats de pratique privée et les professeurs de cégep ou d’université ne sont pas assujettis à l’interdiction du port de signe religieux.


Les chercheuses notent également une augmentation de l’islamophobie et de l’antisémitisme depuis l’adoption de la Loi sur la laïcité de l’État, en juin 2019.




Comments


bottom of page