top of page

JuriGo.ca : l’allié de tout avocat à la recherche de nouvelle clientèle



Par Le Droit en Bref | 28 février 2023 -


Vous êtes à la recherche de clientèle et souhaitez faire du développement d’affaires? Vous avez donc surement déjà entendu parler de JuriGo.ca : le générateur #1 de clientèle pour les avocats québécois.


Saviez-vous que la plupart des particuliers et des PME cherchent d'abord sur le Web quand vient le temps de trouver un avocat? En effet, Internet est aujourd’hui devenu un incontournable! D’ailleurs, en 2022 seulement, Jurigo a référé plus de 35 000 dossiers à des avocats et dans tous les domaines du droit.


Lancée en 2019, Jurigo s’est depuis établi comme un allié d’affaires indispensable pour des centaines d’avocats et de cabinets d’ici, qu’ils soient de petite, moyenne ou grande envergure.


Le Droit en Bref s’est entretenu avec son PDG et co-fondateur, Me Philippe Roberge concernant la génération de leads d’affaires de Jurigo ( https://jurigo.ca/pro-leads/ ).


Philippe Roberge Jurigo
Me Philippe Roberge, pdg et co-fondateur de JuriGo.ca

Révolutionner le développement d’affaires des avocats


Le Droit en Bref : Pouvez-vous nous rappeler brièvement qu’est-ce que JuriGo.ca?

Me Philippe Roberge : JuriGo.ca est un accélérateur d’affaires pour avocats. Notre plateforme WEB met en relation des avocats avec la clientèle spécifique qu’ils souhaitent développer. C’est un peu comme une super agence marketing, mais dédiée uniquement au secteur légal.


Le Droit en Bref : Quel type de clientèle générez-vous?

Me Philippe Roberge : JuriGo.ca est représentatif de l’état du marché légal québécois. C’est surprenant de constater à quel point Internet est maintenant un incontournable pour les gens et entreprises qui cherchent un avocat. Avec la progression actuelle, nous anticipons générer entre 50 000 et 75 000 références pour l’année 2023. De ce nombre, il demeure que les domaines de droit les plus « populaires » sont : famille, criminel, immigration, travail, immobilier, responsabilité civile et affaires. Le client particulier type est issu de la classe moyenne et celui commercial est une PME.


Le Droit en Bref : Est-ce que votre produit convient vraiment à tous les types d’avocats privés?

Me Philippe Roberge : Oui, ça marche 95 % du temps, statistiques à l’appui! C’est certain que notre service ne sera pas intéressant pour un avocat qui vise des clients institutionnels ou qui rend des services extrêmement nichés. Les cabinets/avocats qui se font le plus de « fun » avec nous sont ceux avec une grande capacité de traitement et des objectifs de croissance élevés.


Le Droit en Bref : Est-ce que vous filtrez les demandes pour vos partenaires-avocats?

Me Philippe Roberge : Oui. Chaque partenaire a ses propres préférences et développe ses affaires à sa manière. Nous nous efforçons donc de nous adapter à chacun d’eux pour offrir un produit sur mesure. Notre équipe valide la correspondance de chaque référence avant de l’expédier à un partenaire. Il demeure que la clé pour optimiser nos services est d’avoir une communication continue avec son représentant et de lui préciser ses besoins et leur évolution.


Le Droit en Bref : Vous avez mentionné que la plateforme devrait générer en 2023 plus de 50 000 dossiers au Québec. Comment expliquez-vous une croissance aussi rapide?

Me Philippe Roberge : Au-delà de nos investissements stratégiques majeurs, effectués en temps opportun et de la qualité de notre équipe multidisciplinaire (rire), je dirais que la raison principale est que nous répondons à un réel besoin. Lorsqu’un justiciable se fait notifier une procédure par huissier, s’est fait arrêter ou vit ce qu’il considère une injustice importante, il souhaite être pris en charge et accompagné rapidement par la bonne personne. Le processus standard de recherche et d’identification du bon avocat est aléatoire, long et hasardeux. Il ajoute un stress supplémentaire important à une situation déjà désagréable. C’est pour cette raison que les gens se tournent naturellement vers nous : nous sommes accessibles, rapides, efficaces et connaissons les offres du marché. Nous sommes aussi en recherche d’améliorations constantes, de façon à ce que la boule de neige ne cesse de croître.


La conciliation travail-vie personnelle, sans compromis


Le Droit en Bref : Vous avez pratiqué pendant près de 10 ans en cabinet privé. Quels sont vos constats?

Me Philippe Roberge : Il y en a plusieurs (rire)! Mais le principal serait qu’il existe un retard technologique considérable dans le légal. Pourtant, c’est une profession tellement exigeante, les avocats gagneraient à mieux s’outiller pour se faciliter la vie!


Le Droit en Bref : Pensez-vous que JuriGo.ca peut être une solution à ce niveau?

Me Philippe Roberge : Dans une certaine mesure, oui, définitivement! Des sondages révèlent que notre profession fait face à des enjeux de santé mentale, particulièrement chez les jeunes avocat(e)s de moins de 10 ans de pratique. Notre profession exige une excellente capacité à gérer le stress et la pression. JuriGo.ca, pour sa part, peut contribuer à diminuer les difficultés associées à la pratique privée en transmettant un flux constant de clients, avec des problématiques que l’avocat(e) maîtrise déjà. C’est très angoissant pour un jeune -et même pour un avocat d’expérience ayant à sa charge plusieurs personnes- de craindre de manquer de dossiers. Nos partenaires-avocats peuvent également se mettre en pause en tout temps, histoire de souffler un peu.


Le Droit en Bref : J’imagine que JuriGo.ca permet également un gain en temps?

Me Philippe Roberge : En effet! Les avocat(e)s se mettent énormément de pression pour être partout et optimiser leurs chances de se faire connaître auprès de leur clientèle cible. Les méthodes de développement d’affaires traditionnelles, comme les 5 à 7, les formations, les lunchs d’affaires et les CA, sont toutefois très énergivores et demandent beaucoup de temps. Rapidement, une semaine de 40-45 heures peut se transformer en semaine de 50-55 heures et plus. JuriGo permet, pour sa part, de développer ses affaires avec plus de résultats certains et en économisant une bonne dizaine d’heures par semaine. Je suggérerais même à nos partenaires d’accorder les heures sauvées à leur famille ou leurs activités préférées.


Faire face à la récession en maintenant un volume de clients élevé


Le Droit en Bref : La conjoncture économique pour 2023 s’annonce difficile. Comment anticipez-vous les répercussions sur le domaine légal?

Me Philippe Roberge : Effectivement, les experts prévoient un risque important de récession économique pour 2023. Personnellement, je n’étais pas encore avocat lorsque nous avons vécu la dernière. Au Québec, à ma connaissance, nous n’avons pas d’organismes qui étudient avec précision les fluctuations et l’évolution du marché juridique sur une base trimestrielle ou annuelle, contrairement aux États-Unis. Là-bas, Reuters publiait en août dernier un recul important de la demande juridique et des profits des cabinets, alors que 2021 avait été une année record. Je pense que l’inflation et la décroissance risquent de générer des conflits, tant en droit de la famille qu’en droit des affaires, mais que les avocats devront surveiller de près la capacité de paiement de leurs clients.


Le Droit en Bref : Est-ce un bon moment pour faire le plein de clients?

Me Philippe Roberge : Je dirais que oui. Si je pratiquais à mon compte ou étais propriétaire d’un cabinet d’avocats, je me sécuriserais en générant trop de nouveaux dossiers, plutôt que pas assez. J’exigerais toutefois des avances plus importantes pour réduire mon risque de travailler dans le vide ou de perdre du temps précieux en collection.


Le Droit en Bref : Encore une fois, j’imagine que JuriGo.ca peut s’avérer un outil efficace pour faire face à la récession?

Me Philippe Roberge : Évidemment (rire)! En tant qu'entrepreneur, dans la conjoncture, j’évite de prendre trop de risques. J’essaie d’investir -plutôt que de dépenser- dans des valeurs sûres. Pour un cabinet ou un avocat solo, JuriGo.ca est une valeur sûre. Nos partenaires-avocats nous affichent un retour sur investissement de l’ordre de 8 à 12 fois en honoraires. Bref, chaque dollar investi en rapporte en moyenne 10.


L’essayer, c’est l’adopter!


Le Droit en Bref : Enfin, pour avocat curieux d’en savoir plus ou d’essayer votre produit, quelle est la façon de faire?

Me Philippe Roberge : C’est simple, il s’agit pour lui de s’inscrire gratuitement et sans engagement via le lien suivant : https://jurigo.ca/pro-leads/


Il aura même accès à des exemples de dossiers lui correspondant que nous avons reçus dans les dernières semaines. L’un de nos représentants se fera ensuite un plaisir de communiquer avec lui pour en savoir plus sur sa pratique et évaluer notre capacité à le propulser.


JuriGo.ca

Comments


bottom of page